Expo Atelier D & J

Exposition du 21 avril au 22 juillet 2017

Vernissage le vendredi 21 avril à 18h

Dégustation de la cuvée « Migrateurs » cépage chenin blanc 2016, demi-sec, assemblage de 2 barriques. Étiquette créée par l’Atelier D & J, sérigraphiée par les Éditions Empaillées (série limitée à 300 bouteilles)

L’atelier D & J, ce sont les travaux de Danielle Joubert et Jacques Taris, exposés
ensemble pour la première fois au Preswar. Jacques Taris présente Retour – Blanca Project –
configuration 8. Artiste conceptuel et multi média, sous réaliste rural, né en 1946 à Libourne, il quitte la Gironde en 1965 pour y revenir en 2012. Après une formation à l’école des beaux-arts de Lille et à l’université Paris VIII – Vincennes il devient, en 1975, professeur d’arts plastiques et produit, au fil de sa vie, une oeuvre protéiforme sur les thèmes du temps, de l’échange, du voyage, des perceptions. Il expose à l’étranger (Maroc, Allemagne, Espagne) et en France (Paris, Périgueux, Larzac, La Seyne, Montauban, Montpellier, Rodez, Céret, Angoulême, Jarnac, Châteauneuf, Villeneuve, Le Tourne, Laruscade, Bordeaux, Blaye, Saint Auvent). Sa production oscille entre les arts plastiques et les actions avec, comme fil directeur, depuis le début de ce siècle, l’Action-Potlatch, performance pendant laquelle il tresse nos mémoires.

Danielle Joubert présente Éveil, un ensemble de sculptures et de pièces murales où se combinent art concret et
art brut. Eveil est une approche personnelle et sensible des formes, des couleurs, des matières et leur agencement. Le travail de Danielle Joubert, c’est cueillir, recueillir, récupérer, les laisses de mer, les greniers vidés, les épaves, les cailloux, les coquillages, les branches flottées ou pas, les objets abandonnés puis les recycler.

NOMADE 14 :

Installation/action le samedi 22 avril,
à partir de 10h, parcelle des Chevêches, 16200 Sigogne

L’installation consiste en l’édification d’un bûcher en forme de spirale lévogyre tracée selon la progression de la suite de nombres de Fibonacci. Le tracé est établi à partir d’un foyer (foco) un carré de 38 cm de côté entouré d’un cercle de cailloux récolté dans le champ. Le module 1 mesure donc 38 cm.

L’action se déroulera le samedi 22 avril (lendemain du vernissage de l’exposition  RETOUR – EVEIL). Elle consiste à faire brûler la spirale installée. A partir de 10h, chacun est invité à se rassembler autour de ce grand feu et, dans la tradition des rites du printemps dans certaines régions du monde, chacun peut apporter de vieux objets en bois à brûler.

Cette spirale peut être la métaphore qui conviendra à chaque personne. Outre sa construction qui en fait une spirale d’or, (l’image des spirales de la nature et du cosmos) elle peut être une bonne représentation du temps où se combinent le cercle de la conception cyclique du temps (les journées, les saisons, les âges de la vie) et la flèche du temps (passé, présent et avenir eux-mêmes en mouvement). Dans le contexte de la vigne liée au cognac on peut aussi penser au feu de l’alambic aux spires du serpentin et au feu du tonnelier. Cette spirale, image terrestre de notre galaxie qui brûle de milliards de soleils, devient une trace de cendres et charbons qui nous rappelle que nous sommes, carbone et eau, poussières d’étoiles.